Un tas de fertifond 
Les boues résiduelles des stations d’épuration, vendues aux agriculteurs


 

Photographies aériennes des 4 principales stations d’épuration d’Ile de France 
Achères, Noisy-le-Grand, Colombes et Valenton


 

Organigramme du devenir des déchets ménagers d’Ile de France  
Sur 5,7 millions de tonnes, 4 millions sont incinérées

Quartier Vauban de Fribourg-en-Brisgau 
L’utilisation de toilettes sèches a été abandonnée

Mémoire de Master en 2007 « Comment réutiliser les déchets organiques pour l’agriculture d’Ile de France ? » Comment créer un lien entre ville et agriculture pour la réutilisation des déchets organiques ? Ce mémoire critique les méthodes actuelles et propose des pistes de réflexions architecturale et urbaine pour y répondre.
La Région Ile de France concentre un quart de la population française et produit ainsi la majorité des déchets organiques de France et pourtant ses sols en sont carencés. Un sol pauvre en matière organique nécessite l’utilisation d’engrais, détruit la faune qui y vit, engendre inondations, pollution des cours d’eau, érosion et sécheresse.
Les déchets organiques d’Ile de France (déchets ménagers, restes de l’agriculture, déjections animales, papiers, cartons) sont pour la plupart évacués dans l’eau vers les 4 principales stations d’épurations d’Ile de France. Ces déchets sont mélangés aux eaux de ruissellement chargées de métaux lourds. Ils deviennent des boues le plus souvent brulées, parfois vendues pour épandage aux agriculteurs.
Pour cette étude, un entretien a été mené avec M. Papa Abdoulaye Fall, partenaire d’Ecosan-GTZ, société ayant installé des toilettes sèches dans l’écoquartier de Vauban.